FR EN
Suivez-nous

Portrait : Michel Klar et Pierre Gauthier

Retour

APSIDE CONSERVERA SON ÂME

Michel Klar, Président du Directoire et Pierre Gauthier, Directeur Général

« La liberté ne se donne pas, elle se prend ». C’est ce précepte qui aurait pu être un sujet au bac que Michel Klar appliquait à la lettre pour fonder Apside en 1976, à la fois porté par un farouche besoin d’indépendance et par la vague informatique. A force d’opiniâtreté et de persévérance, épaulé par quelques intuitions lumineuses, il a réussi à bâtir l’un des tout premiers groupes indépendants français de conseil en ingénierie. Aujourd’hui Apside opère aussi bien dans les secteurs de l’aéronautique, de la défense, du spatial, de l’automobile que dans ceux des solutions digitales pour les grands groupes du tertiaire.

Cette réussite porte bien évidemment le sceau de Michel Klar. Elle se mesure en trois chiffres-clés, plus de 2 400 collaborateurs dont une large majorité de techniciens de haut niveau et d’ingénieurs, un chiffre d’affaires de 175 M€ et ces 15 dernières années une croissance moyenne supérieure à 10 %. Mais il est aussi un autre chiffre plus implacable, celui du décompte des années. Cela fait exactement 42 ans que cet informaticien de formation a voué sa vie, un peu comme on entre en religion, à la réussite de son entreprise. 42 ans, hormis quelques voyages professionnels, qu’il a passés rivé à son bureau. Il dit lui-même qu’il a une passion monomaniaque, « son bureau et ses deux filles ». Pour lui, le moment était donc venu de prendre de la distance et de céder son entreprise pour en assurer la pérennité. Une décision qui ne se prend pas sans déchirement quand on doit se séparer de l’entreprise qu’on a fondée, qui est l’œuvre de toute une vie.

Voilà plusieurs mois, Michel Klar entamait le processus de transmission d’Apside à ses managers, une centaine de cadres emmenés par Pierre Gauthier, ce qui impliquait une reconfiguration du capital, soutenue par Siparex à la tête d’un pool d’investisseurs qui ont apporté 50 M€ pour financer l’opération.

CÉDER L’ENTREPRISE POUR EN ASSURER LA PÉRENNITÉ

Pour Michel Klar et Pierre Gauthier, arrivé chez Apside comme responsable de l’agence bordelaise il y a 18 ans, il s’agit bel et bien d’assurer la pérennité du groupe et non de réaliser de confortables plus-values. La pérennité ? Une obsession quasi existentielle partagée par les deux hommes, ce qui explique à coup sûr pourquoi le premier a adoubé le second. En 18 ans, ils ont eu le temps de se connaître, de se jauger et en définitive de s’apprécier. Pierre Gauthier, d’un caractère réservé, réfléchi, défend bec et ongles les mêmes valeurs que Michel Klar. Si dans sa stratégie de développement celui-ci a toujours cherché avant tout à assurer la pérennité d’Apside, à ses yeux, le mot englobe beaucoup d’autres valeurs, comme le respect des personnes et des clients, la rigueur et la loyauté, une valeur d’avenir.

Bien sûr, les deux hommes affichent quelques différences de tempérament. Par exemple, Michel Klar est un sédentaire dans l’âme. Pierre Gauthier, qui est fasciné par le Japon et sa culture, aime le voyage. Mais aucune chance de le croiser dans un de ces palaces au clinquant tapageur, quand il part c’est à l’aventure, avec comme tout bagage une toile de tente, peut-être comme pour prolonger l’écho assourdi d’un voyage intérieur.

LE BUT DANS LA VIE EST D’ÊTRE HEUREUX DANS CE QUE VOUS RÉALISEZ

Mais pour l’un comme pour l’autre, la réussite économique doit être une conséquence de l’intelligence, du travail, de l’audace et non l’inverse.
« L’argent n’est rien d’autre qu’une unité de mesure qui ne doit pas s’analyser autrement que comme une performance sportive. Le but de la vie n’est pas de devenir riche mais d’être heureux dans ce que vous réalisez » explique Michel Klar, approuvé d’un discret signe de tête par Pierre Gauthier.
La feuille de route de ce dernier, en quelque sorte morale, est donc parfaitement claire. Visiblement aujourd’hui Michel Klar, qui reste actionnaire d’Apside et occupera un poste de « consultant » dit-il dans un demi-sourire, est rassuré. Nul doute qu’au lendemain de la transmission d’Apside, avec Pierre Gauthier à sa tête, l’entreprise conservera son âme.